Arue – Tahiti

Jumelage avec Mont-dore

 

Mont-Dore-une-v…-de-verdure

En janvier 1996, le maire de Arue, Boris Léontieff, et le maire de la ville du Mont-Dore en Nouvelle-Calédonie, Pierre Frogier, décidaient de jumeler leurs deux municipalités.
Mais en avril 2001, le maire Pierre Frogier, alors député, était élu à la présidence du gouvernement calédonien et devait céder sa place à son premier adjoint Eric Gay.
Le projet mit quelques temps à revenir sur les rails, mais en mars 2002, une petite délégation de Arue se rendit en Nouvelle-Calédonie pour relancer l’idée et jeter les bases d’un échéancier.
En septembre 2004, une délégation de 70 résidents de Arue avec à sa tête Philip Schyle était accueillie à Mont-Dore pour la première cérémonie de jumelage devant 8000 personnes, le 15 du même mois.
La seconde étape du jumelage devait impérativement se tenir dans la commune jumelle. Arue avait donc le plaisir de recevoir une délégation de 90 administrés de Mont-Dore en juillet 2006, guidée par le maire Eric Gay. La cérémonie qui mettait un terme au volet officiel de ce jumelage se tenait symboliquement sur le stade du complexe sportif « Tahua tuaro Tavana Boris Léontieff » le mercredi 26 juillet 2006.
Les deux maires émettaient ce jour-là le vœu que, au-delà de ce jumelage, s’opère un rapprochement entre les deux collectivités que sont la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française. Ils appelaient également leur population respective à s’approprier ce jumelage pour le faire vivre et lui donner véritablement tout son corps.

 
Mont-Dore-une-v…le-sportive

Trois mots sur Mont-Dore

Mont-Dore est la deuxième commune calédonienne avec 25.700 habitants et la 16e en superficie –ses 643 km2 représentent néanmoins plus de deux tiers de la superficie de Tahiti !
Située dans la province sud, Mont-Dore fait partie du « grand Nouméa » du fait de sa proximité de la capitale calédonienne.
Nommée d’abord Mont d’Or car on y avait découvert en son temps un peu d’or, la commune a été appelée par extension Mont-Dore, à l’arrivée des missionnaires catholiques.
Mont-Dore est faiblement peuplé (40 habitants au kilomètre carré), au neuf dixième désert.  Les seules zones urbaines s’étendent, de manière très irrégulière entre le Pont-des-Français et Plum.

Mont-Dore reste malgré tout résidentielle et l’on y recense par moins de 140 lotissements. On y trouve également toutes les infrastructures nécessaires à la communauté (installations sportives, centre culturel, 23 établissements scolaires…). Mont-Dore est enfin connue pour sa forte communauté polynésienne.
Si le tourisme y est en développement constant, Mont-Dore est aussi une commune minière comme l’ensemble du territoire calédonien. La commune accueille d’ailleurs le plus gros chantier du monde, avec la création de la future usine de traitement du nickel et sa mine, Goro Nickel, dans le sud.
Le 12 décembre 2011, Mont-Dore s’est jumelée avec une autre commune polynésienne : Nuku Hiva. Les maires avaient choisi le symbole fort du festival des Arts des Marquises pour signer cet engagement qui concrétise donc le rêve commun entre Boris Léontieff, Pierre Frogier et Lucien Kimitete (alors maire de l’île marquisienne), en janvier 1996.